lundi, 01 mai 2017

> AUJOURD’HUI, C’EST LA DÉBANDADE FINALE…!

 

1er mai ! Journée historique pour le mouvement ouvrier, et journée de lutte internationale. Une journée de combat pour rappeler au « Péesse » que ce seront peut-être - sans doute - ses dernières manifestations en tant que « parti-social-traître » profiteur de la classe ouvrière, des plus fragiles, des plus défavorisés de notre société !

Petit rappel historique toujours utile, toujours nécessaire pour les imposteurs de tous bords.

- le samedi 1er Mai 1886, aux Etats-Unis 340.000 travailleurs initient une grève générale qui paralyse près de 12000 usines à travers les USA, pour demander la journée de 8 heures (48 heures par semaine) ;

- le 3 Mai 1886, le meeting qui se tient près des usines « McCormick » donne lieu à des affrontements avec les vigiles privés qui protègent les « briseurs de grève ». La police appelée en renfort tire sur la foule, provoquant la mort de 2 ouvriers.

- le 4 mai, tout Chicago est en grève et un grand rassemblement est prévu à « Haymarket » dans la soirée. Alors que celui-ci se termine, la police charge les derniers manifestants. C'est à ce moment-là qu'une bombe est jetée sur les policiers, qui ripostent en tirant. Le bilan se solde par une douzaine de morts, dont sept policiers. Cela déclenche l'hystérie de la presse bourgeoise et la proclamation de la loi martiale. La police arrête huit anarchistes, dont deux seulement étaient présents au moment de l'explosion. Mais qu'importe leur innocence ; un procès, commencé le 21 juin 1886, se clôt le 20 août par leur condamnation à mort, à l'exception d'Oscar Neebe qui écope de 15 ans de prison. Un vaste mouvement de protestation international se déclenche. Les peines de mort de Michael Schwab, Oscar Neebe et Samuel Fielden sont commuées en prison à perpétuité (ils seront tous les trois graciés le 26 juin 1893). Louis Lingg se suicide en prison. Quant à August Spies, George Engel, Adolph Fischer et Albert Parsons, ils seront pendus le 11 novembre 1887, malgré la mobilisation internationale.

C'est en 1889 qu'en souvenir de ces évènements, le congrès de « l'Internationale Ouvrière, ou Deuxième Internationale » réuni à Paris, décidera de consacrer chaque année la date du 1er mai : journée de lutte à travers le monde ;

- le 1er Mai 1891 à Fourmies la police tire sur les manifestants faisant 9 morts…! Ce qui entraîna une période où se multiplièrent les actes de représailles sanglants envers le pouvoir et sa police, de la part de certains révolutionnaires !

- en 1893, la révision du procès innocentera les 5 exécutés et démontrera une machination pour criminaliser et casser le mouvement anarchiste...!

Par la suite, le « 1er mai » sera récupéré par les bolchéviques, puis par les nazis, et enfin par le régime de Vichy (en France), qui le transformera en « Fête du travail », sans jamais réussir totalement à en gommer l’origine libertaire. Mais depuis longtemps déjà, l'esprit de lutte du 1er Mai semble s'être dissous dans le spectacle, la résignation et le fatalisme, comme d'ailleurs dans tous les autres mouvements de mécontentement ou de simple « indignation » !

Aujourd'hui - tandis que l'agressivité du libéralisme se fait chaque jour plus oppressante - guidés par des tribuns - politiques et syndicaux - complices de tous les pouvoirs dans de longues processions aux slogans incantatoires ou de grands « sittings » parfois nocturnes, nous ne savons plus que produire le spectacle de notre mécontentement résigné à chaque annonce d'une nouvelle attaque contre nos conditions de vie, d'un nouveau plan de licenciement ou d'une autre nouvelle saloperie !

MERCI, Didier Nicolas !

Joyeux « 1er mai », bonne fête des travailleurs ! Et, surtout, n'oublions JAMAIS les traîtres et les salopards qui ont osé exclure les CHÔMEURScool

00:05 Écrit par Lluís Güell-Jornet & C° dans Archives 2017, « Actualité », « Citoyenneté », « Clin d'oeil », « Opinions » | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Écrire un commentaire